Ma soeur et moi

.

« Je vais vous raconter mon histoire. De la façon dont je l’ai vécu en tant que soeur. » 

M-D

Quand j’étais petite je ne comprenais pas exactement les raisons pour lesquelles les autres regardaient ma famille différemment. Pour moi, on était une famille «normale». À chaque fois que nous sortions, les regards des inconnus me chicotaient. Toutes les personnes qui nous rencontraient pour la première fois étaient confrontées à une situation inconnue. Les rencontres se terminaient toujours par un sourire forcé ou un détournement du regard flagrant.

Je dois vous le dire, ma soeur est la meilleure personne que je connaisse. Je l’adore.

J’envie ses grands yeux bleus lumineux. Elle est extrêmement humble et n’a jamais voulu toute cette attention qu’on lui accorde. Ce n’est pas de sa faute si, lorsqu’elle est présente, tout le monde m’oublie ou personne ne me voit réellement. Quand j’étais plus jeune je trouvais ça plus difficile. Je me sentais abandonnée. Ça me dérangeait profondément. Ma sœur est handicapée, lourdement handicapée. Elle a une trisomie par translocation 31. Mais c’est quoi cette histoire. Un mot compliqué pour expliquer un état compliqué, pourquoi pas ? S’il vous plaît, essayez de ne pas penser que notre vie n’a pas du être facile, que mes parents sont courageux. S’il y a quelque chose qui est insultant, c’est bien de se faire dire qu’on est courageux. C’est l’amour qui nous permet de s’occuper convenablement de ma sœur et non le courage. À la naissance, les docteurs ont dit à mes parents que ma sœur n’avait aucune espérance de vie. Elle a bien failli nous quitter à de nombreuses reprises. Aujourd’hui, elle a 20 ans et elle n’a jamais été aussi en forme. Ma sœur m’a appris que l’amour et la détermination permettent de surmonter tous les épreuves. C’est mon modèle, la personne qui sait me faire apprécier les petits moments simples de la vie. Elle me permet de voir la vie d’un un angle positif et d’apprécier la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés.

– M-D

1 Comment
  • Patrick Mercier says:

    Super beau témoignage. Mon cousin étant trisomique lui aussi (21 dans son cas), on sait un peu ce que ses parents vivent au quotidien. Thomas est l’enfant le plus attachant au monde et il nous l’a bien transmis. Il grandit entouré d’amour et j’suis heureux que ce soit aussi le cas pour ta soeur!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar